Crème glacée à la cannelle (avec sorbetière)

Share Button

Hello les gourmands,

Je ne sais pas vous, mais moi j'adooore la glace à la cannelle. Je crois bien que c'est ma glace fétiche... (même si tous les parfums me vont hein ! ).

Et vous vous aimé ? Si oui, dépêchez-vous de réaliser cette merveilleuse recette onctueuse à souhait ! Elle est tirée du livre Glaces, sorbets, et desserts glacés.

PS : Je m'excuse pour les photos. Cela ressemble plus à une soupe qu'à de la glace mais bon... c'est que ça fond vite !!! Au moins, mes photos sont naturelles.

 

  • Pour 1 Litre de glace
  • Temps de préparation : 1 heure
  • Difficultés : facile
  • Appareil nécessaire : sorbetière

 

Ingrédients 

  • 1L de lait
  • 160g de jaunes d'oeufs (8 oeufs)
  • 120g de sucre
  • 3g de stabilisateur pour glace
  • 2cc de cannelle

La veille : réalisez la crème anglaise

  1. Mélangez le stabilisateur avec 60g de sucre.
  2. Incorporez-le dans le lait froid, et faites prendre 15 minutes.
  3. Portez le lait à ébullition.
  4. Fouettez les jaunes avec le sucre restant et la cannelle.
  5. Une fois le lait à ébullition, versez un filet sur les jaunes tout en fouettant pour éviter de faire une omelette.
  6. Remettez le tout sur le feu doux, tout en faisant un 8 avec une maryse ou spatule. C'est ce qu'on appelle vanner. Cela évite à la crème d'accrocher au fond de la casserole et de brûler.
  7. Faites une cuisson à la nappe : réalisez un trait sur la maryse avec votre doigt. Si celui-ci reste, c'est que la crème est cuite. Autre option : le thermomètre : température entre 82 et 85°C.
  8. Réservez au frigo jusqu'à complet refroidissement.

Le lendemain, turbinez la préparation suivant les indications de votre sorbetière.

Share Button

La prochaine séance

La prochaine séance... J'étais en train d'écouter "La dernière séance" d'Eddy Mitchell, et la chanson m'a inspirée. Evidemment, je ne parle pas de cinéma. Non en fait, je parle de ma prochaine séance de psychothérapie. A cette période, je dois dire que j'étais vraiment accro à ma psy. Je pensais tout le temps à elle. J'aurai voulu qu'elle m'aime. Mais elle n'était bien entendu pas là pour ça... C'était une véritable souffrance !!!! 

Aujourd'hui, je vais bien mieux. Et j'arrive désormais à supporter ses absences. A supporter la séparation... D'ailleurs, en parlant de séparation, début septembre ce sera ma dernière séance. La fin de 9 années de thérapie. Je dois dire que ça me fait bizarre quand j'y pense. Elle va clairement me manquer, même si j'arrive à avancer sans elle désormais.  Mais un lien s'est crée, et ça ne s'efface pas d'un coup de baguette magique. Elle aura toujours une place dans mon coeur. Et mes mots ne sont pas suffisants pour la remercier.

Bref, je pense à elle ce jour... Et j'ai décidé de partager ce poème avec vous.

Bon lundi ! Et bon courage à ceux qui bossent par cette chaleur. 

Et mention spéciale à ma psy à qui je rend hommage. (Si vous me lisez, sachez que je ne vous remercierais jamais assez pour votre patience, votre douceur, votre générosité, votre écoute, votre compréhension, votre bon coeur... )

 

La prochaine séance

Attendre… désespérément,
Attendre… obstinément,
Tourner en rond,
L’horloge en toile de fond.
Les heures défilent
Péniblement,
Timidement,
Lentement...
Attendre la prochaine séance
Comme une sinistre danse,
Attendre encore...
Comme un oiseau mort.
L’angoisse, les doutes,
A chaque instant,
A chaque minute...
Attendre la prochaine séance,
Dans l’impatience,
Sans la patience.
Une tempête se déferle,
Et milles larmes s’entremêlent.
Attendre… désespérément,
Attendre… résolument,
Faire le pied de grue,
Pour une entrevue.
Se perdre dans le brouillard,
La folie en un regard,
Attendre la prochaine séance,
Impossible distance.
Le temps se fige,
Le temps déconne,
Et m’abandonne
Dans un dernier vertige.
Attendre la prochaine séance,
Comme une sinistre danse,
Suspendue,
A l’affût,
A chaque seconde,
Le temps se meurt.
Attendre toujours...
Encore
La prochaine séance.

 

 

Tous droits réservés © – Le 25 avril 2014

Share Button

A la gare

Un texte écrit spécialement pour un atelier théâtre dont j’aurais beaucoup aimé participer. Malheureusement, ce n’était pas possible à ce moment-là. La pièce avait pour thématique « le temps qui passe ». J’ai été ravie de participer à ma façon. Et merci à la personne qui a récité mon texte. Un grand honneur !  La pièce, intitulée « Gare au temps », avait comme trame une série de saynettes dont le lieu principal était la gare.

Et comme toujours, mes écrits sont tristes. Je suis une spécialiste du drame, il ne faut pas chercher… 

Read more

Share Button