Loin – poésie

Share Button

Un moment que je n'avais pas écrit... Je ne prends plus le temps je crois... Mais cet après-midi, en écoutant le nouvel album de Patrick Bruel "Ce soir on sort", j'ai été inspirée. Ce poème parle de toutes ces années où je me suis perdue dans les abysses de ma souffrance, à ne pas savoir qui j'étais. C'est avec l'aide de ma psychologue que j'ai appris à me connaître. Aujourd'hui, je suis enfin apaisée. J'ai cessé de courir après le passé. Aujourd'hui, je suis MOI, et j'en suis fière.

 

Je suis partie au loin

Chercher ma vérité,

Dictée par mon instinct,

Ma quête de liberté.

 

J’avais les pieds en sang

A force de glisser,

J’ai chaviré longtemps

Avant de me trouver.

 

Je suis partie là-bas

Retrouver mon Histoire,

Semer le choléra

Me bouffant dans le noir.

 

Le temps passe si vite

Est-ce l’heure de grandir ?

La mort est bien maudite,

Je ne veux pas vieillir.

 

Je suis partie au loin

Rechercher qui j’étais,

Je ne savais plus bien

Où ma place se trouvait.

 

Je suis partie là-bas

Pour me sentir vivante

Faire taire le trépas,

Ce passé qui me hante.

 

J’avais le cœur en sang,

De cet amour absent,

Je l’ai longtemps pleuré

Vidant les eaux salées.

 

Je suis partie au loin,

Et je suis revenue,

J’ai sauté à pieds joints,

Au détour d’une rue.

 

J’ai appris à grandir,

Affronter les défaites,

Amorcer l’avenir,

Et les victoires en fêtes.

 

Je suis partie au loin

Mais je suis revenue,

Oui je suis revenue,

Et je sais aujourd'hui

Qui je suis.

Qui je suis.

 

 

Tous droits réservés © – Le 05/11/18

La prochaine séance

La prochaine séance... J'étais en train d'écouter "La dernière séance" d'Eddy Mitchell, et la chanson m'a inspirée. Evidemment, je ne parle pas de cinéma. Non en fait, je parle de ma prochaine séance de psychothérapie. A cette période, je dois dire que j'étais vraiment accro à ma psy. Je pensais tout le temps à elle. J'aurai voulu qu'elle m'aime. Mais elle n'était bien entendu pas là pour ça... C'était une véritable souffrance !!!! 

Aujourd'hui, je vais bien mieux. Et j'arrive désormais à supporter ses absences. A supporter la séparation... D'ailleurs, en parlant de séparation, début septembre ce sera ma dernière séance. La fin de 9 années de thérapie. Je dois dire que ça me fait bizarre quand j'y pense. Elle va clairement me manquer, même si j'arrive à avancer sans elle désormais.  Mais un lien s'est crée, et ça ne s'efface pas d'un coup de baguette magique. Elle aura toujours une place dans mon coeur. Et mes mots ne sont pas suffisants pour la remercier.

Bref, je pense à elle ce jour... Et j'ai décidé de partager ce poème avec vous.

Bon lundi ! Et bon courage à ceux qui bossent par cette chaleur. 

Et mention spéciale à ma psy à qui je rend hommage. (Si vous me lisez, sachez que je ne vous remercierais jamais assez pour votre patience, votre douceur, votre générosité, votre écoute, votre compréhension, votre bon coeur... )

 

La prochaine séance

Attendre… désespérément,
Attendre… obstinément,
Tourner en rond,
L’horloge en toile de fond.
Les heures défilent
Péniblement,
Timidement,
Lentement...
Attendre la prochaine séance
Comme une sinistre danse,
Attendre encore...
Comme un oiseau mort.
L’angoisse, les doutes,
A chaque instant,
A chaque minute...
Attendre la prochaine séance,
Dans l’impatience,
Sans la patience.
Une tempête se déferle,
Et milles larmes s’entremêlent.
Attendre… désespérément,
Attendre… résolument,
Faire le pied de grue,
Pour une entrevue.
Se perdre dans le brouillard,
La folie en un regard,
Attendre la prochaine séance,
Impossible distance.
Le temps se fige,
Le temps déconne,
Et m’abandonne
Dans un dernier vertige.
Attendre la prochaine séance,
Comme une sinistre danse,
Suspendue,
A l’affût,
A chaque seconde,
Le temps se meurt.
Attendre toujours...
Encore
La prochaine séance.

 

 

Tous droits réservés © – Le 25 avril 2014

Share Button

Poème : un éclair

Bonjour les gourmands,

Petit poème qui vous fera chavirer j'espère... Vous ne verrez plus les éclairs de la même façon après ça croyez-moi !  J'avoue, je me suis lâchée... à la limite de l'érotisme. Mais finalement, la pâtisserie n'a t-elle pas un côté sensuel ? Vous m'en direz des nouvelles...

Prêt pour un coup de foudre ???  ça devient chaud bouillant !!!! 

Clin d'oeil à mon poème préféré "A une passante" de Baudelaire.

 

UN ECLAIR...

 

 

Un éclair… puis l’envie,

Le plaisir assassin

La douceur qui séduit.

Mais pour l’heure, qu’une envie :

Le toucher à deux mains,

Tâter son acabit,

Toujours avec envie.

Sentir son parfum,

Et perdre ses moyens.

Lécher son apprêt,

Avoir l’eau à la bouche,

Et l’œil un peu farouche.

Envie de le croquer,

De fourrer dans ma bouche

Son grand corps allongé,

D’apprécier son crémeux

Subtil et audacieux,

Son chou alvéolé,

Croquant comme jamais,

Puis fondant au palais.

Un éclair… puis l’envie,

L’envie d’avoir envie,

Et la faim qui me prend,

Mon éclair… Mon amant.

 

 

Tous droits réservés ©– Le 26/07/18

Share Button

Petit macaron tout rond

Bonjour les gourmands, 

En ce 1er Juillet, l’inspiration s’enflamme lol ! J’ai écrit ce poème  en 5 minutes. Oui, oui, ça fuse les neurones…  

Voilà j’espère que ce poème mignon et gourmand vous plaira. N’hésitez pas à commenter. 

Bises et bon dimanche !!!! Profitez du soleil !!!!!  

 

 

Roule, roule, petit macaron tout rond,

Cric, crac, je te croque,

Roule, roule, petit macaron plus rond,

J’ai fissuré ta coque.

Ça craque sous la dent,

Ça fond sous la langue,

Roule, roule, petit macaron qui tangue,

Ta ganache éblouit,

Et mon palais frémit.

Roule, roule, petit macaron… et vite !  

On ne te résiste…

Roule, roule, petit macaron plus rond,

Ta forme varie

Plus loin que l’infini.

Mais prend garde petit macaron,

Que je ne te croque,

Toi et ta coque !

Eh, petit macaron, fait pas la tête,

Je t’invite à la fête.

Ne reste plus une miette

De ton coeur tendre,

Plus une miette,

Même pas une cendre.

 

 

Tous droits réservés © – Le 01/07/18

Share Button

Esquisse sous la pluie

Esquisse sous la pluie

D’après Reflection de Peter Doig

"Reflection (What does your soul look like)", huile sur toile (295 × 200 cm), 1996

J'ai écrit ce poème pour un concours de poésie sur le thème "L'art poétique" durant la manifestation du Printemps du poète dans ma ville.  C'était juste comme ça pour le plaisir...

Puis un matin, on m'appelle pour m'annoncer que mon poème a eu le 1er prix. Je ne m'y attendais vraiment pas. C'était un bel hommage à mon poème. Un bon moment partagé durant la lecture... Signe que mon poème plait. Et signe que j'ai un certain talent.  J'étais super émue. Vraiment de beaux souvenirs de cette période de ma vie.

Aujourd'hui, je suis heureuse et fière de partager ce poème avec vous.  Je me suis inspirée d'un tableau de Peter Doig. Il faut croire qu'il m'a porté chance.  

Il est seul,

Tout seul…

L’homme solitaire.

Il pleut

Flip flop fait la pluie

Il pleut

L’homme esquisse sa vie.

Lire plus

Avenir en devenir

Un avenir en devenir

 

Devant la page vide
Ma poésie se ride,
Je n’ai plus rien à vomir
Alors pourquoi la remplir ?

J’ai déjà tout craché
Le poison, la souffrance, les démons,
Il n’y a plus rien à prélever,
J’ai déjà tout craché
Alors pourquoi la remplir
Cette page qui nous a vu souffrir ?

Read more

Share Button

Une belle blonde II

 

J’ai pris beaucoup de plaisir à écrire ce second chapitre. Il était essentiel pour moi de le faire sortir de l’ombre, de le révéler à la lumière. Essentiel car il est mon Présent. Un poème porteur d’espoir. Un avenir entre mes mains. J’avais besoin de mettre des mots sur mon nouveau Moi. Car oui, j’ai changé. J’ai su renaître de mes cendres. Et je suis heureuse de partager cela avec vous.

 

Une belle blonde II

Strasbourg s’éveille,

On s’émerveille

Sur une blonde

Aux formes rondes,

Elle se moque bien

De ce tintouin,

Ils sont jaloux

Un point c’est tout !

Read more

Share Button

Une belle blonde I

 

Que dire de ce poème… Au départ, je voulais écrire un poème joyeux, mais comme souvent, mon côté dramatique a pris le dessus. Les mots se sont couchés sur le papier au fur et à mesure que ma plume dansait. Ce n’est qu’après que je me suis rendue compte que la mort était à nouveau présente dans mes couplets. Elle s’y est invitée sans me demander. Mais elle était bien là à guetter mes failles , mes peurs. Oh oui, elle savait le faire mieux que personne. Elle me connaissait par coeur…

Mais comme vous pouvez le remarquer, je parle au passé. Désormais la mort ne me fait plus peur, et n’a plus d’emprise sur moi. Je suis bien plus forte qu’elle.

Ce poème fait partie de moi et en fera toujours partie. Mais il est mon Passé désormais. C’est un chapitre de ma Vie que je ne pourrais oublier même si je le voulais. Heureusement, une page se tourne et un nouveau chapitre s’écrit.

Ce poème est mon passé. Il renferme en lui toute ma souffrance et mes maux. Mes Enfers. Mon combat pour la Vie. Un combat que je n’ai pas peur de partager avec vous. Je n’ai pas honte car la folie est en chacun de nous.

 

Une belle blonde I

Strasbourg s’éveille

Sous les corneilles,

Le ciel gronde

Sous une blonde,

Elle vagabonde

On ne sait où,

Un peu perdue

Sur cette mappemonde.

Read more

Share Button

Comme va la vie môme

 

Un atelier d’écriture… Une proposition… On mélange le tout, et voilà ce que ça donne !!!!  Aurais-je des envies de bébés ?  Peut-être le jour où j’ai écrit ce poème… Mais aujourd’hui, je me sens loin d’être prête pour être mère. Mais qui sait ce que me réserve l’avenir ? Pour l’instant, le seul bébé que j’ai, le seul être dont je dois m’occuper, c’est mon chat. Et ça me suffit ! Bisous les gourmands. 

 

Comme va la vie môme…

 

Comme va la vie môme,

Celle qui nous enflamme,

Celle qui nous acclame,

Bonheur des chromosomes.

Read more

Share Button

A la gare

Un texte écrit spécialement pour un atelier théâtre dont j’aurais beaucoup aimé participer. Malheureusement, ce n’était pas possible à ce moment-là. La pièce avait pour thématique « le temps qui passe ». J’ai été ravie de participer à ma façon. Et merci à la personne qui a récité mon texte. Un grand honneur !  La pièce, intitulée « Gare au temps », avait comme trame une série de saynettes dont le lieu principal était la gare.

Et comme toujours, mes écrits sont tristes. Je suis une spécialiste du drame, il ne faut pas chercher… 

Read more

Share Button