Jus d’orange chaud aux épices de Noël

Share Button

Hello les gourmands,

A Strasbourg, le marché de Noël est déjà en place depuis deux semaines. J’adore sentir ces bonnes odeurs de Noël : l’odeur du sapin, mais aussi des beignets, des bredeles, du vin chaud, et autres douceurs.

Parmi elles, il y a le jus d’orange chaud… Pour les enfants et ceux qui n’apprécient pas l’alcool, le jus d’orange sent bon les épices. Acidulé et légèrement sucré, il est parfait pour se réchauffer lorsqu’il fait froid l’hiver. Et le soir, lorsque la nuit commence à tomber, c’est encore mieux. On est transporté par la magie, la féerie de Noël avec les illuminations, les décorations, les couleurs, les saveurs… Le marché de Noël de Strasbourg vaut clairement le détour.

Mais revenons à nos moutons… J’ai imaginé pour vous une recette de jus d’orange chaud. Je sais qu’on en trouve plein sur les blogs, et j’espère que le mien fera la différence.

Avec cette recette, je participe au calendrier de l’Avent gourmand du site recettes.de avec Catalina du Le blog de Cata, Hélène du blog Keskonmangemaman?, et Christine du blog Les secrets de cuisine de Christine. Pour ce 9 décembre, le thème est « les boissons de Noël« . J’espère vraiment vous transporter aux pays du père Noël avec ce jus d’orange.

 

  • image_pdfimage_print
  • Pour 4 grands verres/tasses
  • Temps de préparation : 10 minutes
  • Temps de repos : 15 minutes
  • Difficultés : facile

 

 

Ingrédients 

  • – 1 litre de jus d’orange pur jus
  • – 1 mangue (environ 300g)
  • – 1 demi citron
  • – 40g de miel (de sapin ou de châtaigne de préférence)
  • – 20g de sucre
  • – 20g de thé de Noël (facultatif)
  • – 3 bâtons de cannelle
  • – 100g de mélange spécial vin chaud : badiane, cannelle, gingembre, macis, clous de girofle, coriandre, piment de Jamaïque  (vous en trouvez facilement dans les grandes surface, style Auchan, en période de Noël)
  • – 1 pointe de piment d’Espelette
  1. Couper la mangue et le demi citron en morceaux.
  2. Mettez tous les ingrédients dans une grande casserole.
  3. Chauffez légèrement et laissez infuser 15 minutes.
  4. Filtrez le jus d’orange.
  5. Réchauffez légèrement (le jus d’orange doit être tiède)
  6. Et servir immédiatement avec une rondelle d’orange.

 

Bonne dégustation et bonnes fêtes !!!!!!!!!

Share Button

Chocolat chaud de Noël

Share Button

Demain, c'est la Saint-Nicolas, et j'avais envie d'un goûter gourmand. Rien de tel lorsqu'il fait froid dehors, et lorsque les enfants rentrent de l'école...

Dans mon article précédent, je vous ai donné ma recette des fameuses brioches alsaciennes en forme de bonhomme : les mannele 

Et pour aller avec les brioches, qui diriez-vous d'un bon chocolat chaud de Noël ?

  • image_pdfimage_print
  • Pour deux tasses
  • Temps de préparation : 10 minutes
  • Difficultés : facile

Ingrédients 

  • - 300g de lait
  • - 200g de crème
  • - 90g de chocolat au lait ou noir
  • - 4 bâtons de cannelle
  • - 1 pointe de piment d'Espelette
  • - 1 gousse de vanille
  • - Guimauves, chantilly, billes de chocolat... (facultatif)
  1. Dans une casserole, faites chauffer le lait, la crème, la cannelle, la gousse de vanille fendue et grattée, et le piment d'Espelette.
  2. Laissez infuser 5 minutes, et remettre la casserole sur le feu.
  3. Retirez la gousse de vanille en l'essorant avec vos doigts et la cannelle.
  4. Ajoutez le chocolat concassé, et mélangez.
  5. Servez avec des guimauves, de la chantilly... ou simplement comme ça.

 

 

Mannele ou Mannala

Share Button

Hello les gourmands,

Demain c'est la Saint Nicolas. Alors qui a été sage ? 

Je me souviens, petite, notre ville organisait un après-midi pour les enfants avec un goûter composé d'un mannele, d'une clémentine et d'un chocolat chaud. Ensuite, le Saint-Nicolas distribué des cadeaux.

Donc comme le veut la tradition chez nous en Alsace, je vais vous livrer ma recette de Mannele (Bas-rhin) ou Mannale (Haut-rhin).

Mais avant laissez-moi vous conter son histoire (d'après Alsace actu) :

Ces brioches sont liés à la Saint-Nicolas, et représentent soit Saint-Nicolas, soit les trois enfants qu’il a sauvés du boucher. 

« La légende du Saint Nicolas raconte que, dans la région Lorraine, entre Nancy et Metz, l’hiver approchant, trois enfants, partis glaner dans les champs, se perdirent sur le chemin du retour. Attirés par la lumière filtrant des fenêtres d’une maison, ils s’approchèrent et frappèrent à la porte.

L’homme qui leur ouvrit, Pierre Lenoir ( Peter Schwartz, dans la culture germanique), boucher de son état, accepta de leur donner l’hospitalité pour la nuit. En fait, sitôt les enfants entrés, il les tua, puis à l’aide de son grand couteau, les coupa en petits morceaux, pour finalement les mettre dans son saloir (un grand baquet empli de sel), afin d’en faire du petit salé.

Saint Nicolas, chevauchant son âne, vint à passer par là et frappa à son tour à la porte du boucher. L’homme, n’osant pas rejeter un évêque, le convia à dîner. Son invité lui demandant du petit salé, le boucher comprit qu’il était découvert et, pris au piège, avoua tout. Le saint homme étendit alors trois doigts au dessus du tonneau de petit salé, reconstituant et ressuscitant ainsi les trois enfants.

Saint Nicolas enchaîna le boucher à son âne et le garda auprès de lui pour le punir. Il devint le père Fouettard, être mauvais, dont le rôle est de réprimander les enfants désobéissants et les cancres, fort de son caractère violent et irascible. » 

Cette tradition pâtissière est encore vivace en Alsace, en Moselle et en Allemagne (Weckmann) ou en Suisse (Grittibänz). En Franche-Comté, dans le Nord de la région, on trouve une tradition similaire avec les « Jean Bonhomme ».

Ainsi, on offrait aux enfants sages cette viennoiserie pour les récompenser. Mais cette tradition est peut-être plus ancienne que celle de Saint-Nicolas : « autrefois des pains d’épices, des brioches en forme d’escargot (Schnekerle) ou d’autres animaux (cheval, lapin…) étaient offerts et dégustés pour chasser les menaces de l’hiver dans l’Est de la France. »

Donc si vous aussi vous rêvez d'un petit goûter sympa, ou si vous voulez faire plaisir à vos enfants, je vous laisse à vous fourneaux. Et pour la recette du chocolat chaud maison, c'est par ici : chocolat chaud de Noël

  • image_pdfimage_print
  • Pour 8 à 9 mannele 
  • Temps de préparation : 35 minutes
  • Temps de repos : 1h10
  • Temps de cuisson : 12 minutes
  • Difficultés : facile

 

 

Ingrédients 

  • - 200g de lait
  • - 25g de levure de boulanger fraîche
  • - 1 cc de bicarbonate (facultatif)
  • - 120g de beurre mou
  • - 120g de sucre
  • - 2 oeufs + 1 pour la dorure
  • - 10g de sel
  • - 650g de farine
  • - Pépites de chocolat ou raisins secs (facultatif)
  1. Faites tiédir le lait et y émiettez la levure. Laissez agir 10 minutes environ. Des bulles doivent remonter à la surface, signe que la levure libère du CO2.
  2. Dans le bol de votre robot, mettez dans l'ordre : le sucre, le sel, le bicarbonate, les oeufs, la farine, et le mélange lait/levure.
  3. Pétrissez 1 minute (avec le crochet).
  4. Ajouter le beurre coupé en morceaux.
  5. Pétrissez encore 4 minutes.
  6. Laissez lever la pâte durant 30 minutes environ à température ambiante.
  7. Dégazez en rabattant la pâte sur elle-même.
  8. Abaissez la pâte à 1cm environ (la pâte ne doit pas être trop fine).
  9. Détaillez vos mannele avec un emporte-pièce. (Avec le reste de pâte, je me suis amusée à faire des petits sapins )
  10. Posez-les sur une plaque munie de papier sulfurisé.
  11. Dorez une 1ère fois avec la dorure (1 oeuf entier battu avec 1 pincée de sel)
  12. Laissez levez 40 minutes.
  13. Dorez à nouveau. Ajoutez des pépites de chocolat ou raisins sec pour former les yeux et les boutons.
  14. Cuire 12 à 18 minutes à 180°C (selon la puissance de votre four.)

 

 

Pour ceux qui ne possèdent pas d'emporte-pièce, pas de panique ! Il est tout à fait possible de le faire sans. Pour cela suivez le guide  :

  • A l'étape 8, au lieu d'abaisser la pâte comme précédemment, vous allez diviser la pâte en 12 pâtons.
  • Formez un boudin avec chaque pâton.
  • Puis à l'aide d'un ciseaux, coupez au milieu du pâton jusqu'à mi-hauteur pour former les jambes. Puis incisez de chaque côté pour les bras. Et légèrement au dessus pour la tête.
  • Ensuite repassez à l'étape 10.

 

Bonne Saint-Nicolas à tous !!!!!!!! 

Share Button

Bûche Christmas (chocolat blanc/orange aux épices)

Share Button

Dans la série des bûches, voici la Christmas, réalisée avec le moule bûche de Pavoni que je trouve très élégant. 

Je cherchais l'inspiration lorsque je me suis souvenue du jus d'orange chaud que je bois généralement lors du marché de Noël. J'avais envie de ma bûche ait un goût de Noël.

Ma bûche se compose ainsi d'un coulis d'orange aux épices, d'une mousse chocolat blanc et d'un biscuit dacquoise.

Par contre, je suis désolée mais je n'ai pas de photos de la découpe. C'était une commande. 

 

image_pdfimage_print
  • Pour 1 bûche
  • Temps de préparation : 2 heures
  • Temps de cuisson : 12 minutes
  • Temps de repos : 1 nuit
  • Difficultés : Intermédiaire

Insert coulis d'orange aux épices

  • - 200g de jus d’orange
  • - 1cc de 4 épices
  • - 2 bâtons de cannelle
  • - 2 étoiles de badiane
  • - 1 cc de gingembre moulu
  • - 20g de miel
  • - 5g de sucre
  • - 1 gousse de vanille
  • - 3g de pectine NH
  1. Chauffez le jus d’orange avec la gousse de vanille fendue et grattée, la cannelle, la badiane, le gingembre, le miel et le 4 épices.
  2. Laissez infuser 30 minutes.
  3. Mélangez le sucre avec la pectine. (Cela évite les grumeaux)
  4. Portez le jus de clémentine à ébullition.
  5. Versez le mélange sucre/pectine en pluie tout en mélangeant au fouet.
  6. Cuire une minute après ébullition.
  7. Versez le coulis dans un moule à insert.
  8. Faites prendre au congélateur.

 

Biscuit dacquoise

  • - 80g de sucre semoule
  • - 40g de sucre glace
  • - 80g de blancs
  • - 65g de poudre de noisettes
  • - 20g de fécule
  1. Sur une plaque munie de papier cuisson, préparez votre gabarit : 1 rectangle légèrement plus petit que votre moule/gouttière.
  2. Montez les blancs avec le sucre afin de réaliser une meringue.
  3. Tamisez la fécule et le sucre glace.
  4. Incorporez délicatement la poudre de noisettes, la fécule et le sucre glace à la meringue avec une maryse.
  5. Pochez la préparation avec une douille unie en vous aidant de vos gabarits. PS : N’oubliez pas de retourner la feuille. On ne veut pas manger de stylo.
  6. Cuire 12 minutes à 180°C. Surveillez bien votre four.

 

Mousse chocolat blanc

  • - 300g + 130g de crème liquide entière
  • - 200g de chocolat blanc
  • - 10g d’extrait de vanille liquide
  • - 4g de gélatine (2 feuilles)
  1. Hydratez la gélatine dans de l’eau froide.
  2. Chauffez 130g de crème avec l’extrait de vanille.
  3. Incorporez la gélatine essorée et mélangez bien.
  4. Concassez le chocolat blanc.
  5. Versez la crème en 3 fois sur le chocolat. Mélangez à la maryse.
  6. Montez les 300g de crème en chantilly.
  7. Une fois le chocolat à 35°C, incorporez-le délicatement à la crème fouettée. Si votre chocolat n’est pas assez chaud, il risque de cristalliser au contact de la crème froide.

Montage

  1. Remplissez le moule à 1/3 de mousse chocolat blanc.
  2. Placez l’insert et remplir le moule de mousse.
  3. Ajoutez le biscuit.
  4. Placez au congélateur jusqu'au jour de la dégustation.

 

Le jour J ou la veille au soir

  1. Le matin, ou la veille, sortez votre bûche de congélateur et démoulez-la délicatement.
  2. Avec un spray velours blanc (acheté chez Alice Délice), floquez l'ensemble de la bûche. Attention de ne pas pulvériser trop près. Et n'oubliez pas de protéger votre cuisine car le mélange est à base de beurre de cacao. Et cela salit vite.
  3. Décorez selon vos envies.

Sur ma bûche : 

  • - Suprêmes de clémentine (ou d'orange)
  • - Petites meringuettes
  • - Etoiles en chocolat
  • - Décors en sucre (perles, flocons de neige)

 

Bonne dégustation et bonnes fêtes !!!!!! 

 

Bûche « Secret des Anges » (Yuzu/fruits rouges)

Share Button

Bonsoir à tous,

Je n'arrive pas à dormir, alors je me suis dit pourquoi ne pas écrire un nouvel article spécial fêtes !!! 

J'avais imaginé cette bûche pour Noël 2016, où disons que je m'étais inspirée par certaines bûches trouvées sur internet, et j'ai fait à ma sauce. Je me souviens avoir été séduite par ce décors en meringues, mais je ne sais plus de quel blog. Donc toutes mes excuses au blogueurs et blogueuses. Concernant, les recettes, il est clair que je n'ai rien inventé. Difficile d'inventer en pâtisserie, à moins d'être un grand chef.  J'ai simplement associé des saveurs que j'aimais. Et je dois dire que je suis fière de ma 1ère bûche. Car oui c'est la première.  Et je n'avais même pas commencé ma formation au Greta. J'espère que je me suis améliorée depuis. 

Donc ma bûche "Secret des Anges" (ne me demandez pas pourquoi ce nom, ça sonnait bien je trouve.) est composée d'une mousse citron/yuzu, d'une gelée de fruits rouges, d'un croustillant chocolat blanc feuilletine, et d'un biscuit pain de Gênes. Et décorée avec des meringues et des brisures de chocolat blanc.

PS : Je m'excuse pour le manque de photos concernant les différentes étapes. Mais je n'avais pas encore de blog à cette époque, et je n'ai absolument pas pensé à en prendre.

image_pdfimage_print

Insert fruits rouges

  • - 600g de fruits rouges
  • - 50g de sucre
  • - 5 feuilles de gélatine
  1. Hydratez la gélatine dans l’eau froide.
  2. Chauffez les fruits rouges avec le sucre.
  3. Incorporez la gélatine ramollie et essorée.
  4. Versez le coulis dans un moule à insert.
  5. Réservez au congélateur.

Le pain de Gênes

  • - 135g de pâte d’amande
  • - 100g d’œuf
  • - 33g de farine
  • - 2g de levure chimique
  • - 40g de beurre
  1. Montez la pâte d’amande et les œufs avec la feuille de votre robot.
  2. Faites fondre le beurre et ajoutez-le à la préparation précédente.
  3. Incorporez ensuite les matières sèches : farine et levure préalablement tamisées.
  4. Etalez la pâte sur une plaque avec une palette.
  5. Faîtes cuire pendant 15 min à 180 °C.
  6. Réservez.

La mousse Yuzu

  • - 100g de mascarpone
  • - 4 feuilles de gélatine
  • - 2 oeufs
  • - 80g de sucre
  • - 245g de crème liquide entière
  • - 100g de jus de yuzu
  • - 20g de jus de citron
  1. Hydratez la gélatine dans l’eau froide.
  2. Chauffez les jus dans une casserole.
  3. Mélangez ensemble les œufs et le sucre.
  4. Versez un peu de jus chaud sur les œufs et fouettez.
  5. Remettez le tout dans la casserole et cuire à feux doux sans cesser de fouetter.
  6. Hors du feu, ajoutez la gélatine.
  7. Laissez refroidir.
  8. Montez la crème et le mascarpone en chantilly, et incorporez-la à la préparation précédente.

Feuilletine chocolat blanc

  • - 150g de chocolat blanc
  • - 70g de crêpes dentelles

Faites fondre le chocolat au bain-marie, et ajoutez les crêpes dentelles émiettées.

 

Le montage

  1. Détaillez un rectangle dans votre biscuit.
  2. Etalez le croustillant sur le biscuit à l’aide d’une cuillère ou spatule.
  3. Pochez avec une poche la moitié de votre mousse yuzu dans un moule à bûche.
  4. Déposez votre insert sur la mousse en l’enfonçant légèrement.
  5. Recouvrez-le du reste de mousse.
  6. Déposez le pain de Gênes.
  7. Placez au congélateur et laissez prendre pendant une nuit.

Laissez décongeler au réfrigérateur au moins 12h avant de réaliser la décoration.

 

 

Décors : bâtonnets de meringues

  • - 80g de blancs d’œufs
  • -80g de sucre glace
  • - 80g de sucre semoule
  1. Fouettez les blancs.
  2. Lorsque les blancs commencent à bien monter, ajoutez le sucre en 3 fois. Attendez à chaque fois que le sucre soit bien incorporé.
  3. Continuez de fouetter jusqu’à ce que la meringue soit bien ferme, lisse et brillante.
  4. Ajoutez le sucre glace, et incorporez-le à la meringue avec une maryse.
  5. Remplissez une poche munie d’une douille de 0,5mm et dressez des bâtonnets sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
  6. Cuire 1h45 à 80°C.
  7. Laissez refroidir dans le four éteint.

Le lendemain...

  1. Démoulez votre bûche.
  2. Collez les meringues avec du glucose ou du miel.
  3. J’ai également réalisé des « brisures » de chocolat blanc auxquelles j’ai ajouté des zestes de citrons.
  4. Décorez selon vos envies et votre imagination. Laissez-vous guider par l’esprit de Noël !!!! Ho ! Ho ! Ho !

Bonne dégustation et joyeuses fêtes !!!!!!!!!!!! 

Share Button

DIY Mon calendrier de l’Avent

Share Button

Lire plus

Bûche « Fonte des glaces » (crème au lait d’amandes et coulis d’abricot)

Nous sommes mi-novembre et Noël approche à grands pas... Les boutiques s'agitent déjà, et s'emparent de la magie. Bientôt, on émerveillera devant les jolies vitrines...

Chez les pâtissiers aussi, ça s’accélère... Il faut se préparer aux fêtes de fins d'années, et pour cela, confectionner des gourmandises plus belles les unes que les autres.

C'est pourquoi je vous propose la recette d'une bûche que j'ai réalisé en décembre dernier lors de ma formation au Greta, et qui je dois dire était délicieuse.

Elle est composé d'un biscuit pain de Gènes pour le moelleux, d'une crème légère au lait d'amande pour la douceur, et d'un coulis d'abricot pour le côté frais et fruité. Oui, cette bûche est un véritable oasis de fraîcheur. Cela change du chocolat.

Après avoir hésité, puis lui donner divers noms, je l'ai finalement nommée "Fonte des glaces". Et cela pour plusieurs raisons : Pour commencer, oui cette bûche apporte de la fraîcheur. Puis, j'ai choisi une gouttière de forme triangulaire qui rappelle les montagnes. Enfin, une surprise à la découpe, ce coulis d'abricot, comme si la glace était en train de fondre.

Allez-vous fondre vous aussi pour cette bûche pleine de tendresse ?

 

image_pdfimage_print

 

  • Pour une bûche (gouttière de 30cm)
  • Temps de préparation : 1 heure environ sans la décoration
  • Temps de cuisson : 15 minutes
  • Temps de repos : 1 nuit
  • Difficultés : intermédiaire

 

Coulis d’abricot

  • - 250g de purée d’abricot
  • - 37g de glucose
  • - 12g de sucre
  • - 1g de pectine prise rapide
  1. Portez à ébullition l’ensemble des ingrédients, tout en mélangeant à la maryse.
  2. Versez le coulis dans un moule à insert.
  3. Faites prendre au congélateur

 

Biscuit pain de Gênes

  • - 200g de pâte d’amandes
  • - 150g d’œufs (environs 3 œufs moyens)
  • - 60g de beurre
  • - 50g de farine
  • - 2g de levure chimique
  1. Fouettez la pâte d’amandes et les oeufs jusqu’à blanchissement.
  2. Ajoutez le beurre préalablement fondu.
  3. Enfin ajoutez la farine et la levure.
  4. Coulez sur une plaque.
  5. Cuire à 180°C pendant 15 minutes environ.
  6. Laissez refroidir sur une grille.

 

Crème pâtissière au lait d’amande amère

  • - 135g de lait d’amande amère
  • - 14g d’œufs
  • - 16g de jaunes
  • - 13g de fécule
  • - 33g de sucre
  • - 1 gousse de vanille
  • - 5g de gélatine (2 feuilles et demies)
  1. Hydratez la gélatine dans l’eau froide.
  2. Dans une casserole, chauffez le lait d’amande avec la gousse de vanille fendue et grattée.
  3. Mélangez au fouet les œufs, les jaunes et le sucre jusqu’à blanchissement.
  4. Versez la fécule en pluie, tout en mélangeant.
  5. Une fois le lait à ébullition, retirez la gousse de vanille, et versez le lait sur les œufs.
  6. Remettez le tout sur le feu, et faites cuire jusqu’à épaississement.
  7. Continuez à fouetter pour éviter de cuire les œufs, et que la préparation n’attache à la casserole.
  8. Transvasez la crème dans un cul de poule ou autre récipient.
  9. Ajoutez la gélatine essorée et mélangez.
  10. Filmez au contact et réservez au frais.

Pour plus de détails pour réaliser une crème pâtissière, cliquez sur le lien.

 

Crème légère à l’amande amère

  • - 255g de crème fleurette
  • - 135g de crème pâtissière au lait d’amande amère
  1. Détendez la crème pâtissière au fouet.
  2. Montez la crème fleurette.
  3. Ajoutez une corne de crème fouettée à la crème pâtissière.
  4. Mélangez délicatement à la maryse.
  5. Ajoutez le tout à la crème fouettée et fouettez.

 

Montage

  1. Détaillez un rectangle de la taille de votre moule à bûche dans votre biscuit.
  2. Versez une bonne moitié de votre crème au lait d’amande dans le moule.
  3. Enfoncez-y légèrement votre insert abricot.
  4. Recouvrez avec le reste de crème.
  5. Enfin, déposez votre biscuit en appuyant légèrement.
  6. Lissez à la spatule et faites prendre au congélateur au moins une nuit.

Décorez selon vos envies.

Pour ma bûche, j'ai réalisé des triangles en chocolat blanc que j'ai collé avec du glucose (vous pouvez utiliser du miel). Pour la couleur bleue (qui finalement n'est pas très jolie), j'ai appliqué du colorant en poudre avec un pinceau. Je n'avais pas de colorant liposoluble à ce moment-là, mais je conseille vivement de colorer de chocolat blanc directement. Ou alors d'utiliser un pistolet à flocage. 

Je m'excuse également de n'avoir aucune photo de la réalisation, mais comme je l'ai dit, j'ai fait cette bûche au cfa, et je n'ai pas pu prendre les photos que je voulais. Après la recette en elle-même n'a rien de compliqué. Mais si vous avez des question n'hésitez pas, je serais ravie de vous aider.

 

Voilà éclatez-vous avec la déco, et bonne dégustation. Et bonnes fêtes !!!!!!! 

Share Button

Strasbourg, Capitale de Noël

Strasbourg, c'est un concentré de magie, d'émerveillement, de féerie avec :

  • - ses marchés de Noël
  • - son grand sapin trônant fièrement Place Kleber
  • - ses illuminations
  • - son vin chaud
  • - ses bredeles et autres douceurs de Noël
  • - ses maisons à colombages
  • - sa cathédrale
  • - son âme...

Christkindelsmärik (marché de l'enfant Jésus)

Share Button

L’art du café

Le monde se divise en deux classes : ceux qui vont au café et ceux qui n’y vont pas. Moi je n’y vais plus. Pourtant sous mes yeux, à travers la vitre, je vois tout un monde qui s’agite. Un monde inconnu. Un monde remplit de lumière. Un monde joyeux pourtant si éphémère… J’ai froid là-dehors. Je grelotte à travers mon manteau fané. Cependant, je n’ose entrer. Bien trop peur de tous ces regards tournés vers moi. Bien trop peur des gens que je ne connais pas. Je suis seule, toute seule sous la neige virevoltant dans mes cheveux. C’est un mois de décembre où tout le monde devrait être heureux. C’est un mois de fête lorsqu’on vit à deux. Et moi, je suis seule, sans un sous, sans un toit. Et j’ai froid. Lorsque je vois ce sapin de neige illuminé, je souris. Je repense à mes enfants et à ces années où ma vie était remplie. Mais il n’y a plus aucune vie en moi depuis bien trop longtemps. J’aperçois la serveuse, une jeune femme blonde, servir un café à un homme seul, assis dans le coin près de la porte. Un bon café chaud avec une mousse onctueuse. J’en rêve ! Et cet éclair qui vient de passer, je sens encore le goût de la crème dans ma bouche. L’homme, d’une cinquantaine d’années, est installé dans un fauteuil blanc qui semble bien confortable. En face de lui, une petite table ronde lactée. De là où je suis, je peux apercevoir le comptoir d’un blanc immaculé lui aussi. Des lampes en forme de cônes d’un gris argenté se soulèvent au-dessus du comptoir. Un bouquet d’orchidée lui donne un certain charme. Mais revenons à cet homme solitaire. Il m’intrigue. Peut-être est-il lui aussi seul pour Noël ? Est-il aussi triste que moi ? Il m’a l’air pensif… Et que peuvent bien se raconter tous ces gens riant aux éclats ? Sans doute des niaiseries superficielles et des blablas… Moi, je n’ai rien à dire. Ma vie est vide. Elle est blanche comme la neige dans mes cheveux, comme la couleur qui semble dominer ce café. Il y a quelques fauteuils noirs cependant s’assemblant comme un damier. Mais qu’entends-je derrière ma vitre ? La machine à café tourne avec vivacité. J’adorais le café avant. Le Cappucino, c’était mon préféré. Comme je voudrais entrer… Mais j’ai bien trop peur avec mes vêtements de dur labeur. Sur le mur, une affiche de pâtes fraiches bien colorée. Cela donne l’eau à la bouche ! De l’autre côté, un mur d’ardoise gris anthracite. Le vieil homme est en train de lire un livre. Je n’arrive pas à voir le titre. J’aimais lire moi aussi avant. Voltaire, Maupassant, Baudelaire… Maintenant, je me sers de journaux pour me tenir chaud. Sa tasse est presque vide. J’ai envie d’un café. Ma vie est bien livide. La musique du café résonne comme un écho de bonheur. Cela me donne du baume au cœur. L’Art du café, il s’appelle. Je voudrais y entrer. Mais que diraient les autres. Je ne suis qu’une sans abris qui n’a plus de vie.

 

Tous droits réservés © – Décembre 2014

Share Button