Ma soeur, mon amie (poésie)

Share Button

Encore un poème triste… et pourtant je lui trouve un certain espoir à la fin. Pour ce poème, j’ai à nouveau été inspirée par les chansons de Patrick Bruel qui me renvoient beaucoup d’émotions. Ce sont des textes forts et bien interprétés. J’ai notamment été touchée par la chanson « Louise » qui parle du « jeu du foulard ». Patrick Bruel parle à Louise et tente de lui venir en aide, de comprendre… Puis j’ai imaginé ma soeur à l’époque où je me faisais du mal. J’ai essayé de retranscrire ce qu’elle a pu ressentir. En fait, dans ce poème, c’est comme si ma soeur me parlait. Ce poème est peut-être plus une chanson. Je ne sais pas trop… Je l’ai écrite avec le rythme d’une autre chanson de Bruel « L’amour est un fantôme ». En tout les cas, j’espère que cet écrit vous touchera. N’hésitez pas à me laisser des commentaires. Bises

 

 

Oh ma sœur, mon amie,

Pourquoi toutes ces lignes,

Ces larmes couleur rubis ?

Oh dis-moi, je t’en prie,

Qui dirige ta vie ?

Mon amie, ma sœur,

Conte-moi tes malheurs,

Raconte-moi tes peurs

Qui t’enferment ailleurs…

Où es-tu ma sœur ?

Je ne t’entends plus,

Dis-moi que fais-tu

Avec cette lame au fond du cœur ?

Oh ma sœur, mon amie,

Dis-moi quelles sont ces lignes

Que tu dessines sur ta vie ?

Parle-moi,

Fais-moi un signe,

Peins-moi ta prison,

Celle qui te détiens,

Toi et ta raison.

Mon amie, ma sœur,

Dis-moi quelles souffrances,

Renferment ton cœur,

Tu tais tes errances,

Mais je te connais ma sœur.

Tu pleures en silence,

Tu crois qu’on n’les voit pas,

Ces larmes sur tes bras ?

Oh ma sœur, mon amie,

Arrête, je t’en prie !

Arrête de jouer ainsi avec ta vie.

Cesse de regarder en arrière,

N’entretiens pas le passé,

Il a un goût amer,

Ce n’est pas bon, tu le sais.

Mon amie, ma sœur,

Conte-moi ta douleur,

Raconte-moi tes peurs

Qui t’enferment ailleurs…

Dis-moi quels sont ces mots

Que tu graves sur ta peau ?

Vas-tu jouer encore longtemps,

Avec la mort ? Avec la vie ?

Viens je t’en prie,

Je suis là, je t’attends,

Viens mon amie,

Accepte la main qu’on te tend.

Cesse un peu ta fuite

Pour une main qui s’invite.

Oh ma sœur, mon amie,

Ne fais pas la gueule,

Tu n’es plus toute seule,

Donne-moi ta peine,

Je te donne ma joie,

Je ne te promets pas la scène,

Je ne te mentirais pas,

Il y aura des joies et des combats,

Des histoires qui ne comptent pas…

Et puis un jour tu feras la tienne,

Un destin où tu seras reine.

Oh ma sœur, mon amie,

Dis-moi si tu es toujours en vie,

J’ai peur pour toi tu sais,

J’ai peur qu’une nouvelle étoile ne brille,

Alors reste, je t’en prie…

Je ne te promets pas l’éclat,

Je ne te promets pas la joie,

Non je ne te promets rien de tout ça…

Juste que je t’aime,

Oh oui ma sœur, je t’aime,

Je t’aime.

 

Tous droits réservés © – Le 22/11/18

 

Share Button

Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
Me notifier des