Une belle blonde I

 

Que dire de ce poème… Au départ, je voulais écrire un poème joyeux, mais comme souvent, mon côté dramatique a pris le dessus. Les mots se sont couchés sur le papier au fur et à mesure que ma plume dansait. Ce n’est qu’après que je me suis rendue compte que la mort était à nouveau présente dans mes couplets. Elle s’y est invitée sans me demander. Mais elle était bien là à guetter mes failles , mes peurs. Oh oui, elle savait le faire mieux que personne. Elle me connaissait par coeur…

Mais comme vous pouvez le remarquer, je parle au passé. Désormais la mort ne me fait plus peur, et n’a plus d’emprise sur moi. Je suis bien plus forte qu’elle.

Ce poème fait partie de moi et en fera toujours partie. Mais il est mon Passé désormais. C’est un chapitre de ma Vie que je ne pourrais oublier même si je le voulais. Heureusement, une page se tourne et un nouveau chapitre s’écrit.

Ce poème est mon passé. Il renferme en lui toute ma souffrance et mes maux. Mes Enfers. Mon combat pour la Vie. Un combat que je n’ai pas peur de partager avec vous. Je n’ai pas honte car la folie est en chacun de nous.

 

Une belle blonde I

Strasbourg s’éveille

Sous les corneilles,

Le ciel gronde

Sous une blonde,

Elle vagabonde

On ne sait où,

Un peu perdue

Sur cette mappemonde.

Elle se questionne,

Elle se raisonne,

Quand six heures sonnent

Et qu’elle frissonne.

Que fait elle là 

A cette heure-là ?

On se questionne,

Et on s’étonne…

Le ciel gronde

Sous une blonde,

Une pluie d’automne

Ça tourbillonne,

Les feuilles rougissent

Dans les coulisses,

Mais où va-t-elle

Cette belle blonde ?

Un peu perdue,

Elle vagabonde,

Dans ses pensées

Mille secrets,

C’est insensé !

Le vent balaie

Les ptits billets

Qu’elle laisse filer…

Mais que fait elle

Cette belle blonde ?

Mademoiselle !

On l’interpelle…

Elle n’entend pas,

Longe les ruelles,

Des larmes perlent

Sur son minois,

Son désarroi

Nous laisse pantois.

Strasbourg s’éveille

Sous les corneilles

Le ciel gronde

Sous une blonde

Que fait elle là

Sur cette paroi ?

Les pieds ballants,

En attendant

La solution,

Le grand plongeon.

Strasbourg vermeil,

Nuit éternelle.

 

Tous droits réservés © – Le 21/11/17

Share Button

Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
Me notifier des